NEAVIA

Neavia technologies développe son activité au service d’une nouvelle mobilité, plus sûre, plus informée, plus collaborative en concevant et développant des dispositifs matériels et des logiciels sur deux thématiques :

  • La détection d’évènements et de trafic routier, à partir d’une maîtrise unique de la détection multi-capteurs, de l’acquisition de données par dispositifs fixes ou embarqués, de la fusion de données, et du traitement rapide de l’information critique (développement de dispositifs de recueil de données trafic non intrusifs basés sur une analyse vidéo et acoustique, de dispositifs de détection de contresens par radar, d’algorithmes de détection de véhicules arrêtés, dispositifs de détection d’animaux en bord de route….)
  • La communication véhicule-infrastructure et les systèmes coopératifs routiers. Avec Renault et PSA dans le cadre du projet Score@F d’une part, avec Daimler, Audi, Volvo dans le cadre du projet DriveC2X d’autre part, NEAVIA a développé les premiers prototypes d’unités de bord de route communicantes. Ils ont été déployés sur les réseaux de Cofiroute et des Conseils généraux des Yvelines et de l’Isère.

Les données utiles pour la gestion du trafic et aussi pour la régulation du trafic en milieu urbain sont aujourd’hui principalement recueillies à l’aide de moyens de captation fixes, souvent des boucles à induction enfouies sous la chaussée, dont sont dotés les gestionnaires d’infrastructure. Ceci est vrai à la fois pour les sections routières, et pour les carrefours où ces boucles sont souvent placées devant le feu tricolore afin de détecter la présence d’un véhicule. Ces boucles sont reliées en local au contrôleur de feu ou à distance au système de gestion de trafic, et servent à régler la phase des feux sur la base de la présence de véhicule arrêté, du débit, voire de la vitesse des véhicules. En produisant de nouvelles données, mieux adaptées à l’optimisation du trafic, deux technologies émergentes vont bouleverser cette architecture.

La première, Bluetooth, permet à un capteur de détecter la présence à proximité de téléphones portables, de Kit main-libre, d’oreillettes…En combinant deux ou plusieurs capteurs situés en des points différents, il est alors possible de connaître précisément les temps de parcours entre ces points, et les répartitions de trafic entre ces points (matrices origine-destination). Au-delà de ces deux types de données, il devrait être possible de classifier les flux entre motos, véhicules, piétons…à partir de l’analyse des durées de détection, des temps de parcours et du type de dispositif. Le taux d’équipement croit rapidement, et selon les mesures réalisées en débit d’année, il est supérieur à 25%, alors qu’il n’était que 15% un an avant.

La seconde est la technologie des systèmes coopératifs routiers. Avec ces systèmes, les véhicules seront prochainement équipés d’émetteurs récepteurs radio permettant à chaque véhicule de communiquer avec ses voisins. Les informations échangées sont entre autres véhiculées par un message « Je suis là » (message CAM Cooperative Awareness Message), très riche en information et émis 10 fois par seconde. Outre la position, la vitesse, le type du véhicule, il peut aussi renvoyer le nombre d’occupants et bien d’autres paramètres. Avec une unité de bord de route communicante placée sur un carrefour, il sera possible de connaître précisément, la trajectoire d’approche de tout véhicule équipé, son temps d’attente, d’éventuel blocage au centre du carrefour, sa destination… Les constructeurs automobiles vont équiper leur production à partir de 2016. Dès 2015, dans le cadre des projets Korridor (Pays-Bas, Allemagne, Autriche) et Scoop@F en France, plusieurs milliers de véhicules seront équipés et plusieurs centaines d’unités de bord de route seront installées. D’autres projets envisagent d’étendre ces technologies vers les transports publics. Il est donc important de considérer ces nouvelles données dans l’infrastructure visée. Neavia qui a déjà travaillé sur ces deux technologies souhaite les fusionner et développer les fonctions de captation de données au sein d’un seul dispositif dont la fonction principale sera de produire de la donnée pour la régulation et la gestion du trafic. Ces fonctions de captation concernent principalement les temps de parcours, la répartition spatiale du trafic et la typologie du trafic.

L’innovation est dans la fusion des 2 technologies et dans la production de données par type de trafic, permettant de mettre en oeuvre des stratégies de régulation différiencées. Par exemple, la détection dans la même zone d’un objet Bluetooth correspondant à un téléphone portable pendant une durée supérieure à un seuil laisse penser à une forte probabilité que cet objet représente un piéton. Un autre exemple est celui du tram : en plaçant des balises aux extrémités et en quelques points critiques, on pourrait détecter l’attente d’un usager et suivre cet usager dans le tram. Ces deux exemples montrent comment une analyse intelligente à conduire dans ce projet permettrait de connaître des caractéristiques de flux différenciées.

L’enjeu pour l’entreprise est de développer ses marchés en direction des besoins de l’urbain, et des acteurs de la régulation de trafic qui deviendraient ses clients. Le marché français est celui des 30000 carrefours à feux dont il faudra renouveler les capteurs à l’occasion d’une réfection de chaussée. C’est donc un marché de 50M€ à 100M€ sur une quinzaine d’années qui s’ouvre pour Neavia. Par ailleurs, l’intégration des travaux des partenaires, et en particulier ceux de l’IFSTTAR relatifs à la prédiction dynamique du temps de parcours permettront d’offrir une solution intégrée qui pourra trouver des marchés au-delà de l’urbain.

Dans le projet

Les dispositifs développés par NEAVIA permettront aux utilisateurs de recueillir de la donnée trafic typée fine là où les systèmes liés au géo positionnement par satellite ont des faiblesses (tunnels, urbain dense…) ; ils permettent de remplacer avantageusement les boucles à induction. Le marché visé concerne les fabricants d’automates de régulation de trafic, mais aussi les entreprises réalisant des enquêtes de trafic.

Systèmes coopératifs

Spécifier, réaliser, qualifier et expérimenter un dispositif produisant de nouvelles données de mobilité, utilisables par les partenaires des autres lots, et issues de l’analyse de signatures bluetooth et de véhicules coopératifs.

Le site officiel